ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Le site de Jacques Dutertre.  
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Contact

Mes impressions d'éditeurs

Opération Vérité ! 
Vous trouverez ci-dessous la manière dont j'ai personnellement vécu (ou vis en ce moment même) mes relations avec certains éditeurs, plus particulièrement avec ceux qui sont "à la marge" (ce terme n'a rien de péjoratif sous ma plume). 
Il s'agit, pour ce qui me concerne de : 
- Edveri.com (Éditions du vent des rives) 
- Solaedit 
Pour votre gouverne, comprenez bien leur mode de fonctionnement : tout se fait généralement de manière "virtuelle", sans aucun rapport direct entre individus. Par exemple, sachez qu'à ce jour, je n'ai eu que des contacts via Internet ou par correspondance avec ces éditeurs  
 
I/ EDVERI.COM ou Éditions du Vent des Rives 
1/ Au hasard d'une navigation Internet, j'avais "découvert" cet éditeur en ligne. A priori, le principe avait l'air intéressant : si l'éditeur retenait un livre (dont le manuscrit pouvait lui être présenté en pièce jointe d'un email), il proposait un contrat d'édition en ligne sous forme numérique sur Internet avec, en extension, une fois que 50 exemplaires auraient été vendus de cette manière, une édition sous forme de livre papier.  
Autre point favorable, le contrat était disponible en ligne. J'y avais naturellement jeté un coup d'oeil. Tout paraissait acceptable, sauf une clause que j'estimais léonine, car sa rédaction impliquait que l'auteur pouvait se trouver privé ad vitam aeternam de ses droits alors même que l'éditeur ne commercialiserait plus ses oeuvres.  
2/Je signalai ce fait à l'éditeur, Joël Rivieccio, et je dois avouer que je fus impressionné par sa rapidité de réaction : par retour (nous étions en novembre 2005), il modifia son contrat de manière à supprimer cette ambiguité. 
3/ Ce fut sans doute l'élément qui m'amena à proposer à edveri, le 07/12/2005, deux de mes ouvrages : un livre d'histoire L'histoire à pile ou face 
et un roman de type "thriller" Notre homme au Texas 
.  
J'en eus accusé de réception le même jour avec la promesse d'une réponse dans un délai maximum de trois mois 
4/ Le 10/01/2006, soit moins d'un mois plus tard, je reçus un fort aimable message acceptant mes deux livres ! En voici, pour info, le texte : 
bonjour, 
Vous nous avez dernièrement confié deux de vos ouvrages pour une publication par les Editions du Vent des Rives.Il s'agissait d'un essai historique (L'Histoire à pile ou face) et d'un 
roman (Notre homme au Texas).Après les avoir soumis à notre comité de publication, je vous fais part de notre avis ainsi que de notre décision quant à une possible publication de ces livres par le Vent des Rives. 
- Notre homme du Texas : 
Le lecteur entre très vite dans l'histoire de ces deux sympathiques et astucieux héros que vous avez créés. L'alternance de la narration entre 
Thomas et Cindy est au début un peu déconcertante mais cela apporte finalement un rythme dynamique à l'histoire qui est écrite comme un scénario (cela ferait d'ailleurs un très bon téléfilm!).Le style est léger, bien écrit, les personnages attachants : on passe un bon moment! 
Vous l'avez compris, c'est avec plaisir ethonneur que nous acceptons de publier ce roman dont vous trouverez le texte ci-joint allégé d'inévitables coquilles (pages corrigées : 47,61,89,98,110,123,145,176,180,190,191). 
- l'Histoire à pile ou face : 
Voilà une belle rétrospective de quelquesépisodes de notre Histoire sous un angle très original. Les récits sont bien écrits, la démonstration du rôle majeur du détail ou du hasard aux conséquences parfois immenses est intéressante. 
C'est également avec grand plaisir que nous publierons cet ouvrage et je vous en félicite. 
Vous trouverez ci-joint le fichier word de l'ouvrage comprenant les quelques corrections apportées (pages modifiées : 14,18,35,38,75,182). 
Je vous remercie de me faire part de votre accord ou de vos éventuelles observations sur les corrections apportées aux deux ouvrages. 
Je vous félicite une nouvelle fois et fais le nécessaire pour vous adresser un contrat pour chaque ouvrage. 
Dans cette attente, toute l'équipe du Vent des Rives se joint à moi pour vous présenter nos meilleurs voeux pour cette nouvelle année. 
Joël Rivieccio 
Editions du Vent des Rives
 
5/ Le 18/01/2006, après avoir lu les contrats reçus entre-temps, je demandai quelques modifications : en particulier, en échange d'une diminution des droits d'auteur futurs, je proposai une réduction du prix de vente public à un niveau me paraissant mieux adapté. quelques jours plus tard, nous arrivions àun compromis. 
6/ Le 18/02/2006, dans un délai donc fort rapide,qui plus est pendant le week-end, je reçus les textes définitifs des livres prêts à être publiés ainsi que leurs couvertures. Voici le texte de ce message : Bonjour, 
Vous trouverez ci-joint un exemplaire numérique de chacun de vos ouvrages qui seront disponibles sur notre site dans le courant de la semaine prochaine. 
J'espère que la présentation vous satisfait et je suis naturellement à votre écoute pour d'éventuelles observations. 
Je reviendrai vers vous pour vous informer de la mise en ligne de voslivres et vous expliquer le fonctionnement du bilan d'activité de l'auteurdont l'accès vous sera réservé et se situera sur votre page de présentation. 
Bien cordialement, 
Joël Rivieccio 
Editions du Vent des Rives
 
7/ Le 19/02/2006, je répondis à ce message en signalant quelques détails mineurs à corriger et, surtout, je suggérais une mise en page régulière : en effet, l'ebook que j'avais reçu avait des marges fluctuantes avec un texte décalé d'une page à l'autre (comme c'est le cas, pour un livre papier avec des marges dissymétriques suivant qu'on est en page paire ou impaire pour faciliter le travail de reliure, ce qui, naturellement, n'a pas lieu d'être pour un ebook et rend même la lecture moins plaisante). De plus, je précisais que je mettais en ligne un site Internet spécifiquement dédié à notre homme au Texas :  
8/ J'attendis patiemment, comme on me l'avait annoncé dans le dernier message du 18/02/2006, d'être informé de la mise en ligne de mes oeuvres "immortelles"... et rien ne vint ! 
9/ Quinze jours plus tard, je m'apprêtai donc à "relancer". Par acquit de conscience, je jetai auparavant un oeil sur le site edveri.com et constatai que mes livres étaient en ligne ! Bravo... même si j'aurais aimé être informé... 
10/ J'envoyai quand même un email rappelant mon désir de recevoir, comme promis, "le fonctionnement du bilan d'activité de l'auteur dont l'accès vous sera réservé et se situera sur votre page de présentation." 
11/ Cela ne m'empêcha pas de lancer une "campagne publicitaire" pour ces deux livres électroniques sous la forme d'un email circulaire adressé à près de six cents personnes ! 
12/ À la mi-mars, pas de nouvelles de edveri ! Wait and see ! 
13/ Le 28 mars, enfin un email de edveri : je suis un peu surpris de constater qu'il ne fait pas référence à mes messages antérieurs. Peut-être est-ce de l'amour propre mal placé empêchant de simplement admettre un retard et de s'en excuser ? (notez qu'en ce domaine, je suis très indulgent, car, pour ce genre d'éditeur marginal, son activité éditoriale n'est qu'accessoire et il lui faut bien mener de front sa carrière professionnelle normale pour vivre !).Toujours est-il, et c'est l'essentiel, que les choses ont progressé dans le bon sens En voici le texte :  
Votre page de présentation ainsi que vos ouvrages sont à présent 
disponibles sur notre site du Vent des Rives. 
Vous pourrez également accéder à votre bilan d'activité qui vous permet de 
connaître le nombre de ventes réalisées. l'accès se situe sur votre page 
personnelle, sous le menu. 
Cet espace vous est réservé et vous pourrez y accéder en tapant le mot de 
passe suivant : xxxxxxx  
Ce bilan, que vous pouvez télécharger au format PDF si vous le souhaitez, 
est actualisé chaque mois pour que vous puissiez suivre l'évolution des 
ventes de vos ouvrages.
 
14/ Je viens de faire le point au mois de mai 2006. En dépit de ma "pub" et de la qualité indéniable de mes oeuvres, il y a moins de téléchargements que je ne l'espérais ! En revanche, on m'a écrit du Canada pour me faire des compliments sur L'histoire à pile ou face ! Si vous lisez ces lignes, n'oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement les six premiers chapitres pour vous faire une opinion ! Et, maintenant, vous pouvez commander, sous forme de livre papier : ce roman Notre homme au Texas 
ainsi que L'histoire à pile ou face 
.
 
 
II/ Solaedit  
Stricto sensu, Solaedit,animé par Aline Elorn,et émanation du Portail du livre , n'est pas un éditeur. Il tient un rôle un peu particulier à cheval comme intermédiaire d'assistance à l'autoédition (Pour en savoir plus).  
Le fait que Solaedit procède effectivement à une sélection des manuscrits reçus donne une impression de sérieux. C'est ce qui me poussa, le 14/06/2005,après une bonne trentaine de refus de la part des éditeurs traditionnels, à proposer mon roman : AMA ou l'histoire d'Audrey T. avec, au programme, randonnées,cinéma,amour...  
La suite des événements ? La voici telle qu'elle s'est déroulée et continue de se dérouler (pour des raisons de commodité, Solaedit est désignée par SA et moi-même, l'auteur, par JD): 
21/06/2005: SA indique être intéressé par AMA ! 
26/08/2005: après les vacances, SA confirme et envoie le "contrat" 
02/09/2005 : signature par échange de courrier des "contrats" appelés "modalités" et début de relecture de mon livre par SA ; tirage prévu de 100 exemplaires pour un coût de 320 euros et un prix de vente de 11,50 euros TTC. 
23/09/2005 : SA m'adresse sa fiche de lecture avec des propositions de corrections. 
27/09/2005 : JD remercie SA pour un travail manifestement très sérieux et exhaustif. JD accepte les demandes qui lui sont faites de supprimer quelques "longueurs" dans le texte et/ou les dialogues (une quinzaine de lignes au total). Il en est de même des remarques sur les coquilles ou répétitions mises en évidence. En revanche, je suis plus rétif sur certains imparfaits du subjonctif qui font mal à mes oreilles et à deux suggestions de forme qui seraient tout simplement du mauvais français ! 
29/09/2005 : nouvelle relecture SA 
20/10/2005 : SA m'envoie une première maquette .pdf du livre et me demande une relecture approfondie. 
04/11/2005: SA a intégré mes corrections dans la nouvelle maquette .pdf que JD doit relire. 
08/11/2005 : JD adresse ses remarques. 
15/11/2005 : SA présente projet de couverture en la décrivant comme similaire à celles de Gallimard, ce qui, visuellement, semble être le cas.Il y aura un choix à faire entre couleur "paille" et "terracota". SA envoie aussi le projet de texte de la quatrième de couverture. 
16/11/2005 : JD suggère modifications du texte de la quatrième et propose une photo N&B de montagne pour la couverture.JD suggère des modifications au projet de quatrième de couverture. 
19/11/2005 : longue explication de SA sur l'impossibilité, sans surcoût, d'inclure une photo, même en N&B. OK pour la quatrième de couverture. 
22/11/2005 : SA envoie maquette complète .pdf de la quatrième. JD est surpris de voir affiché un prix de 15 euros au lieu des 11,50 agréés contractuellement ! C'est ma première "surprise" 
22 au 25/11/2005 : échanges de mails SA/JD : SA impose un prix de 15euros, au motif que c'est un prix incluant le port. À la demande de JD qui avait insisté pour garder le prix agréé, SA -qui admet que ce point lui posait un "problème" - accepte de préciser (en petit et en abrégé) qu'il s'agit bien d'un prix frais de port inclus. 
28/11/2005 : ultime maquette SA à relire par JD 
30/11/2005 : JD choisit la couleur "Terracota" si elle est assez claire, sinon "paille". 
01/12/2005 : SA décide en faveur de "paille", par prudence. 
06/12/2005 : SA annonce la prochaine inauguration de sa boutique en ligne : les dizaines de milliers d'internautes dont se vante le portail du livre auront la possibilité de commander en ligne ! 
15/12/2005 : SA annonce un problème chez Jouve, l'imprimeur : la couleur "paille" ne sort pas. On a mis "Terracota" ! 
15/12/2005 : SA soumet un projet de page personnelle de l'auteur JD sur le site de Solaedit. JD suggère quelques modifs et ajouts qui seront pris en compte. 
16/12/2005 : JD reçoit 100 exemplaires d'AMA chez lui. Ce sera en effet lui qui "dispatchera" vers les clients toutes les commandes. Ses frais d'envoi lui seront remboursés. L'avantage pour SA est qu'il n'y a ni stockage, ni manipulation. L'auteur, quant à lui, sait exactement où l'on en est des ventes. Pas idiot comme système ! 
16/12/2005 : JD avertit SA, photos à l'appui, d'une malfaçon de l'imprimerie Jouve (pourtant réputée) : une bonne trentaine d'exemplaires comportent en haut du dos, des "barbes" disgracieuses qu'on ne peut pas enlever sans endommager la couverture ! C'est une deuxième surprise 
16/12/2005 : troisième surprise la couverture qui m'avait été présentée comme étant "à la Gallimard" est un peu décevante : un poil trop légère (grammage insuffisant) et, surtout, elle est mate, non pelliculée brillante : autrement dit, si, par mégarde, on verse une goutte de liquide sur elle, il y aura une tache... Il n'y a cependant rien à dire : le contrat - que j'aurais dû mieux lire - prévoyait une impression sur papier popset couleur, sans autres précisions. En revanche, la couleur n'est pas mal. Il en va de même, globalement, de l'impression; pourtant, j'ai une quatrième surprise quand j'essaye de "placer" mes premiers livres : mes clients potentiels trouvent la couverture vieillotte et le prix trop élevé ! Je dois fréquemment le réduire pour vendre ! 
22/11/2005 : JD fait part à SA de ses "surprises"; SA semble sincèrement étonné de ma réaction, mais admet qu'il faudra peut-être améliorer la couverture dans l'avenir. Quant à la malfaçon de Jouve, j'aurai droit à 35 exemplaires gratuits... lors du prochain tirage... s'il a lieu (cf. plus loin). 
02/01/2006 Échange de voeux avec Solaedit 
15/03/2006 : plus aucun contact avec solaedit depuis le début de l'année. Cela signifie que, hélas, aucune vente n'a été faite via le Portail du livre. C'est décevant : il est vrai que Solaedit a, sauf erreur de ma part, modifié le texte qui figurait antérieurement sur le site et vantait la puissance de feu du dit portail. Quant au large démarchage promotionnel fait par mailing dont SA s'enorgueillissait, il n'a rien donné non plus... 
Bref,sachez-le (c'est ce qu'écrit SA dans un document d'ailleurs fort bien fait qui n'est malheureusement adressé aux auteurs qu'après tirage et leur suggérant de multiples pistes de promotion et de diffusion de leur bouquin), l'auteur ne peut compter que sur lui-même, ce qui nécessite de disposer de beaucoup de temps ou d'avoir un réservoir naturel de lecteurs quasi assurés. Quant aux amis et connaissances, ne comptez pas trop sur eux ! Dans mon cas, comme ils avaient constitué mon lectorat test bénévole, je ne pouvais pas leur demander, en plus d'acheter un livre qu'ils avaient déjà lu ! 
Avec le recul, à ce jour que dire ? 
1/ que l'expérience vaut néanmoins la peine; L'auteur devrait, au moins à terme, rentrer dans ses frais ou presque. Surtout, la mise au point avec Solaedit a été d'un très bon niveau : meilleure même que celle de nombre de "vrais" éditeurs. 
2/ que pour choisir cette voie de l'autoédition, il faut préparer le terrain commercial longtemps avant la parution du livre (ce que j'ai eu le tort de ne pas faire). 
3/ qu'il faut s'attendre à pas mal de surprises (je ne parle pas seulement sur le plan du façonnage). En voici un exemple : ayant fait une petite affiche publicitaire pour mon roman, je me suis pointé à ma bibliothèque municipale où je suis connu. Pourtant, les instances dirigeantes ont refusé de l'afficher au motif que c'était une démarche commerciale ! En revanche, dans des bibliothèques municipales d'agglomérations voisines, on a accepté mon affiche avec le sourire ; nul n'est prophète en son pays ! 
À suivre... J'ajouterai toutefois qu'à ce jour, aucune de ces publicités ne m'a apporté le moindre "client"... 
Autre exemple de semi-surprise : ayant déjà une douzaine de bouquins à mon actif chez des éditeurs "respectables", j'avais eu droit à pas mal d'exemplaires d'auteurs. Ceux qui me restaient, après envoi aux médias, je les avais distribués gracieusement à amis et connaissances. Naïvement, je m'étais dit que nombre d'entre eux me "renverraient l'ascenseur" en achetant mon livre auto-édité. Qu'en fut-il ? Sur une bonne centaine de ces personnes", à ce jour, deux, deux seulement ont fait ce geste !  
4/ Je ne suis pas resté à ne rien faire. Outre des affichettes publicitaires un peu partout (cabinets médicaux, dentaires, coiffeurs et autres commerçants), j'ai créé un site Internet spécifique dédié au romanwww.ama.euro.st, avec plein d'anecdotes,photos "in situ", etc. J'ai ausi envoyé un mailing publicitaire à près de six cent personnes. Je me suis aussi attaqué à la distribution de prospectus dans les boîtes aux lettres, etc. 
5/ Vous le voyez : le problème n°1 pour un auteur n'est pas seulement de publier son livre, mais aussi et surtout de le diffuser correctement ! 
6/ Je ne désespère pas du futur de mon livre, ne serait-ce que parce que les commentaires que je reçois de mes - pas assez nombreux - lecteurs sont très largement favorables, souvent même enthousiastes <(°_°)>. Cet espoir de succès, je le forme aussi pour Solaedit : si je ne vends pas assez d'exemplaires de mon livre, Solaedit n'aura aucune retombée financière de son travail important d'aide à la mise au point et d'intermédiaire (sans marge prélevée au passage) avec l'imprimeur... Nous sommes donc dans le même bateau... Cela me ferait sincèrement plaisir que, pour eux aussi, le succès soit au bout du tunnel... À suivre !  
31/03/2006 : heureusement que je ne suis pas cardiaque ! Ce jour, je reçois un email de SA m'annonçant la première vente réalisée par leur intermédiaire ! Je me sens comme un joueur de tennis mené 6/06/0et 5/0 qui inscrit enfin son premier jeu au tableau d'affichage... Statistiquement parlant, on a déjà vu des joueurs dans cette position finir par remporter le match. Le tout, c'est de rester positif... 
courant avril 2006 : oui, il faut rester positif ! Finalement, on parle d'AMA dans le bulletin municipal de ma municipalité... mais cela n'a pas servi à grand chose, car il n'y a qu'une minuscule photo de la couverture et on se contente de donner le nom de l'auteur et de l'éditeur (avec une faute de frappe!) Le problème est que le livre n'étant pas présent en librairie, une personne intéressée devrait faire l'effort de me trouver sur Internet. Bref, à ce jour, aucune vente par ce biais. Mes distributions de tracts dans les boîtes aux lettres n'ont rien donné non plus...  
Et puis, il y a des surprises. Une personne m'aborde dans mon club de tennis pour me dire qu'elle a beaucoup aimé mon livre. Or, je sais qu'elle ne me l'a pas acheté. Pourtant,elle me complimente en donnant force détails montrant qu'elle a lu mon bouquin de très près. Je finis par apprendre que ce monsieur, banquier de sa profession, a emprunté mon livre au gardien de notre club de tennis... Je dois avouer que je suis estomaqué : un petit salarié a dépensé 12 euros pour mon livre et voilà qu' arrive un monsieur qui, bien que gagnant au moins quatre fois plus, fait des économies en le lui empruntant ! Que voulez-vous dire ? Je me contente de dire à ce "brave" banquier que s'il est sincère dans ses compliments, il peut toujours offrir mon livre à son entourage et/ou me "faire de la pub".... Cause toujours ! 
Joli mois de mai ? Pour l'instant, cela ne démarre pas fort : 1 vente en tout et pour tout ! 
Deux auteurs m'ont demandé par e-mail ce que je pense de Solaédit : que leur dire ? Lisez ce compte-rendu ! Il n'y a rien à dire - au contraire - sur le sérieux de l'équipe Solaedit, mais, pour ce qui est de la diffusion, je le répète une nouvelle fois, ne comptez pas sur eux pour vendre votre bouquin. Le marché de son livre, c'est à l'auteur de le trouver tout seul ! Sauf à disposer d'un réservoir naturel de collègues ou amis, dites-vous bien que chaque vente nécessitera des efforts considérables. Et vos efforts ne seront pas nécessairement couronnés du succès espéré ou mérité... Mais il faut rester positif et accepter l'idée que le temps sera un allié, à condition de persévérer... 
Fin mai 2006 Opportuniste, j'ai profité de la sortie du film Le Da Vinci Code où Audrey Tautou tient le rôle féminin central pour faire une promotion à 10 euros, port compris, de AMA ou l'histoire d'Audrey T.. Encore une fois, les résultats sont très modestes ! Mais nous sommes encore au printemps : petit à petit l'oiseau fait son nid ! C'est du moins ce que je me dis ; il faut positiver !  
Mi-juin 2006 Avec un peu de regret, j'ai rompu mon contrat avec Solaedit. Comme expliqué ci-dessus, la qualité de la coopération pour la mise au point du texte du livre a été excellente. En revanche, sur le plan de la diffusion, ce fut une grande déception. J'ai donc "repris ma liberté" avec l'intention d'épuiser le premier tirage en offrant un prix de vente réellement compétitif (7 euros TTC et port compris). En effet, je comprends très bien qu'un lecteur hésite à sortir de son porte-monnaie une douzaine ou une quinzaine d'euros pour lire le roman d'un auteur pratiquement inconnu, qui plus est quand il ne paraît pas chez un éditeur ayant pignon sur rue. J'espère qu'en offrant un prix attractif et comparable à celui d'un livre de poche classique, je parviendrai à convaincre les lecteurs potentiels de sortir quelques petits euros de leur poche !  
2007 AMA ne se trouve plus que sur Priceminister... Quant à moi, je n'en ai plus que quelques exemplaires en souvenir d'un épisode ni malheureux, ni heureux. Such is life !

 

(c) jacques dutertre - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 19.08.2008
- Déjà 11993 visites sur ce site!